SOMMAIRE

6e déjeuner aux Automnales de la Gastronomie à Candé – Les apprentis du CFA de Tours en salle et en cuisine.


Jeudi 15 octobre avait lieu le 6ème opus des Automnales de la Gastronomie, au Pavillon de Chasse du Domaine de Candé à Monts. En cuisine, Mickael Chaplin, chef du Moulin Fleuri et Philippe Morvan, chef pâtissier et cuisinier. A leurs côtés les jeunes du CFA de Tours, en première année de CAP « cursus Nouvelle Chance » option Cuisine et Service.
Ce dispositif (qui entre dans le cadre de l'apprentissage et permet aux employeurs de bénéficier des majorations des aides d'Etat) mis en place par le CFA de Tours en 2006, permet à des jeunes de 20 ans et plus, sans qualification ou en reconversion professionnelle et désirant préparer un CAP ou un BEP, d'obtenir une nouvelle qualification en accéléré (un an) tout en tenant compte des acquis antérieurs. Les jeunes suivent un rythme d'alternance, une semaine de cours et 2 à trois semaines en entreprise et valident un CAP option cuisine ou service.
C'est aussi l'occasion pour ces jeunes, aux parcours atypiques et d'horizons divers, de découvrir la réalité de leur futur métier, dans une configuration professionnelle mais toujours avec l'esprit de transmission et de partage d'expérience avec un grand chef.
Rencontre avec quatre jeunes du CFA de Tours : Mabel, Marie Line, Julien et Taïs, qui nous livrent leurs impressions sur cette expérience, nous parlent de leur parcours, de leur intérêt pour leur futur métier et surtout de leurs projets...


© Dominique Postel - Nouvelles Gastronnomiques de Touraine
© Dominique Postel - Nouvelles Gastronnomiques de Touraine

 

Mabel, 19 ans et Marie Line, 20 ans

Mabel (gauche) et Marie-Line © Dominique Postel - Nouvelles Gastronomiques de Touraine
Mabel (gauche) et Marie-Line © Dominique Postel - Nouvelles Gastronomiques de Touraine

Mabel : " La cuisine c'est aussi de l'art !"

Quelle est ton parcours avant d'arriver au CFA ?

J'ai passé UN CAP d'Agent Polyvalent en Restauration et là je prépare un CAP Cuisine en 1 an.

Qu'est ce qui t'a amené à choisir le métier de cuisinier ?
J'aime cuisiner, et surtout faire à manger pour les autres. Ce que je préfère c'est la pâtisserie, même si c'est difficile.

Tes impressions sur le service au Domaine de Candé ?
C'était enrichissant car on a échangé beaucoup. C'était différent du restaurant d'application, ou de ce que l'on fait en entreprise. J'ai beaucoup aimé ce qu'a réalisé le chef Pâtissier, c'était très stylé ! La cuisine c'est aussi de l'art !

Quels sont tes projets avec le CAP ?
J'ai envie d'être cuisinière. Mais j'aimerais connaître le maximum de choses. Plus tard, je voudrais créer une structure de formation, pour partir en Afrique ou ailleurs, former les gens à bien manger et à manger équilibré. Leur donner des bases d'hygiène alimentaire, de diététique, leur apprendre comment préparer les produits qu'ils ont autour d'eux.


Marie-Line, "la rigueur, l'obligation du « oui, chef ! "

Quelle est ton parcours avant d'arriver au CFA ?
J'ai passé un Bac Pro Aménagement et Finition de l'Habitat ; je faisais des travaux de peinture, de pose de carrelage... Et ensuite je suis partie en BTS Technico Commercial toujours dans le bâtiment, avec une spécialité plomberie. Et puis après mon BTS, je suis allée à Pôle Emploi pour trouver un travail. Mais je ne trouvais pas grand chose et je ne souhaitais pas vraiment rester dans ce secteur. Là, on m'a parlé d'une offre du restaurant de l'hôpital Vinci à Chambray. J'ai postulé, sans y croire vraiment, poussée par une amie, et finalement j'ai eu un entretien et quelques semaine plus tard j'étais embauchée en CAP Cuisine.


Qu'est ce qui t'a amené à choisir cette formation cuisine ?
J'ai une particularité c'est que je travaille en restauration collective. Donc on fait plutôt de l'assemblage. Mais c'est intéressant car on touche également aux questions de diététique. On doit adapter ce qu'on prépare aux malades. Je travaille à la fois a la préparation des plats pour la cafétaria, mais aussi pour les repas des patients.


Tes impressions sur le service au Domaine de Candé ?
Cela s'est plutôt bien passé. C'était très différent pour moi, de ce que je fais en entreprise, je n'ai pas l'habitude de travailler en cuisine traditionnelle. Et puis il y a la rigueur, l'obligation du « oui, chef ! » … Mais en revanche comme je suis plutôt attirée par la pâtisserie


Quels sont tes projets avec le CAP ?
Si j'ai mon CAP, j'aimerais tenter une Mention Dessert en Restaurant.


Julien, 20 ans. "On ne peut pas servir de la même façon tous les jours, on doit s'adapter aux clients."

© Dominique Postel - Nouvelles Gastronnomiques de Touraine
© Dominique Postel - Nouvelles Gastronnomiques de Touraine

Ton parcours avant d'arriver au CFA ?
J'ai d'abord passé un Bac STI DD, Sciences et Technologies du Développement Durable, avec option informatique. Ensuite, j'ai tenté la faculté de psychologie et puis  j'ai travaillé 1 an et demi au rayon poissonnerie à Simply de Esvres sur Indre, un job étudiant qui s'est transformé en cdi. Je suis entrée en CAP à Tours et travaille au Choiseul à Amboise comme serveur.


Tes impressions sur le service au Domaine de Candé ?
C'était enrichissant. Les clients sont tout de même plus indulgents avec nous, car ils comprennent que nous sommes en apprentissage. Et c'est moins stressant qu'en entreprise.


Qu'est ce qui t'a amené à choisir cette formation en service restauration ?
J'ai toujours aimé le contact, et puis dans ma famille il y a des restaurateurs, on m'a donc aussi orienté vers ce choix.Le métier de serveur est particulier et très formateur. On ne peut pas servir de la même façon tous les jours, on doit s'adapter aux clients. Il faut aussi arriver à gérer son stress et surtout être très rigoureux, travailler sa mémoire : il faut retenir chaque plat, chaque composition. C 'est passionnant !


Tes projets après le CAP ?
J'aimerais aller en BTS Gestion. En fait, j'ai en projet de créer une activité de traiteur à domicile dans le Sud de la France, pour des produits type "mise en bouche de luxe". C'est un projet auquel je pense depuis quelques temps maintenant...


Taïs ,20 ans. "Ma tante me disait souvent : tu est tellement passionnée lorsque tu cuisines !"

© Dominique Postel - Nouvelles Gastronnomiques de Touraine
© Dominique Postel - Nouvelles Gastronnomiques de Touraine

Quel est ton parcours avant d'arriver au CFA de Tours ?
J'ai un parcours très classique dans une filière généraliste. J'ai passé un BAC S. J'ai passé le CAP en un an et aujourd'hui je fais une Mention Complémentaire en Dessert. Et je travaille chez Mickael Chaplin, ou je suis en charge des desserts.


Qu'est ce qui t'a amené à choisir cette formation en service restauration ?
Après le bac je cherchais ce que je pouvais faire. Ma tante cuisinait beaucoup et je faisais également pas mal de pâtisserie Elle me disait souvent « tu devrais aller dans cette voie, tu es tellement passionnée lorsque tu cuisines ! » La pâtisserie me plaît beaucoup,  pour le côté minutieux et précis. Il faut aussi être très créatif et ne pas avoir peur de se démarquer. Mais c'est vrai que je suis aussi très à l'aise en cuisine; donc aujourd'hui je prends le temps de découvrir ces deux univers. Les deux m'intéressent !


Quels sont tes projets après le CAP ?
J'aimerais partir à l'étranger après la Mention, faire des saisons, en Asie pourquoi pas. Ensuite je verrai...

 

Par Dominique Postel
Crédits photos : Dominique Postel
 


Jeudi 15 Octobre 2015






A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 9

Nos partenaires

Abonnez-vous à la newsletter

Nos partenaires

Recherche

Nos partenaires


Nos partenaires