SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
07/05/2017

Lutte contre le gel. La Protéodie, où quand le vigneron devient mélomane


Ce serait presque devenu une fâcheuse habitude : durant les mois de mars et avril, les vignerons doivent batailler contre le gel de Printemps, pour préserver et sauver leurs parcelles. Et aucune appellation n’est épargnée en Val de Loire. Des chutes de températures parfois spectaculaires, contre lesquelles les viticulteurs avouent souvent leur impuissance.
Pourtant quelques solutions existent pour permette le réchauffement temporaire des parcelles. Certaines demandent de gros investissements et du matériel (réchauffement par l’air, technique de la paraffine brûlée, aspersion), d’autres un peu moins coûteuses et plus vertueuses, arrivent sur le marché avec déjà des effets significatifs. C’est le cas de la protéodie, une technique scientifique mise au point par Joel Sternheimer et Pedro Ferrandiz, deux physiciens et biologistes, dans les années 60.



La proteodie un procédé de prévention contre le stress thermique des vignes@dr
La proteodie un procédé de prévention contre le stress thermique des vignes@dr
Alexandre Monmousseau, propriétaire vigneron du Domaine Château Gaudrelle à Vouvray, utilise comme 4 autres vignerons dans le Vouvrillon, la Protéodie, pour tenter de contrer les gels de Printemps et les stress thermiques de manière générale. Ainsi depuis quelques semaines, Alexandre Monmousseau endosse la veste particulière de chef d’orchestre viticole pour disposer sur ses parcelles (6 hectares en tout) de drôles de boites à musique. « C’est une méthode préventive avant tout. Il faut donc prévoir deux diffusions en fonction des créneaux horaires de gel annoncés, en général en après-midi et en nocturne. Même si les effets sur le gel restent encore limités entre-0 et supérieur a -2°, les vignes résistent mieux ». Alexandre Monmousseau, est convaincu de l’extraordinaire potentiel de cette méthode notamment sur la lutte contre le mildiou l’ESCA. « C’est incroyable de constater à quel point le végétal est sensible et réceptif à son environnement ». Et au final les vignes d’Alexandre Monmousseau traitées grâce à la Protéodie ne s’en portent pas plus mal, bien au contraire. « Etrangement depuis que nous utilisons cette méthode, on constate des notes fumées et minérales qui s’affirment et une quantité d’antioxydants plus importante ». Contre le gel, Alexandre Moumousseau constate que, les parcelles protéodiées sont moins touchées entre 15% et 20%, mais il faut tenir de l’environnement et de la situation géographique des parcelles. « Cela reste un anti-stress très efficace permettant à la plante d’être plus autonome et plus auto immune »
 

La protéodie comment ça marche ?

Installation de la protéodie sur les parcelles du Château Gaudrelle à Vouvray @DR
Installation de la protéodie sur les parcelles du Château Gaudrelle à Vouvray @DR
La protéodie est en fait une sorte de musique, composée de notes correspondant chacune à un acide aminé, composant les différentes protéines présentes dans les végétaux. Par exemple le Sol est associé à l’Asparagine, le Fa à la Cystéine, le La grave à la Glycine, etc…Chaque note a elle-même une influence stimulante ou inhibante. Ainsi la Protéodie est une échelle d’ondes sonores. Grâce à ces notes, on créé une mélodie qui va  influencer l’être vivant  végétal et avoir un impact sur l’action de l’acide aminé dans la protéine, et ainsi renforcer ses défenses naturelles.
 
La protéodie appliquée à la Vigne
 
La société Genodics, spécialisée dans le développement des applications de la génodique (Science basée sur les protéodies, mélodies constituées à partir du décodage des ondes émises par les acides aminés,  ndlr) sur le vivant, développe cette méthode en viticulture pour lutter notamment contre les maladies du bois, l’ESCA et le Mildiou entre autre … Des applications ont été réalisées en 2016 chez près d’une centaine de vignerons répartis entre l’Alsace, la Champagne, le Centre la Loire et le Bordelais, et les résultats sont déjà là : la mortalité des vignes par l’ESCA est en baisse en moyenne de 60%, constatée sur les 7 dernières années.  
Cette méthode a également été utilisée pour diminuer voire stopper l’utilisation de ferments dans le processus de vinification. Ainsi la protéodie a été testée pour stimuler la résistance de la vigne aux gels de Printemps ou au stress hydrique en été.


http://www.chateaugaudrelle.com/

La protéodie à Chateau  Gaudrelle, Vouvray @DR
La protéodie à Chateau Gaudrelle, Vouvray @DR


A lire dans la même rubrique...
1 2